Réveiller la mémoire du quartier Brancion/Perichaux

Juliette Darle

> Perichaux/Brancion > Juliette Darle > Hommage à Juliette Darle
image par defaut

Hommage à Juliette Darle

Le 10 avril, poèmes et chansons de Juliette Darle

Un jour de l’autre siècle, Juliette Darle et l’actrice Germaine Montero se trouvèrent soudainement en présence d’une centaine de chevaux en liberté. Des chevaux promis à une fin tragique du côté de Vaugirard et de ses abattoirs, alors qu’ils semblaient être en goguette dans cette rue Brancion où se dresse désormais l’architecture inattendue d’un théâtre. Un théâtre qui porte le nom de Silvia Monfort, une actrice d’une étrange beauté qui fut la partenaire de Gérard Philipe et de Jean Vilar. L’inattendu aussi des destinées, Silvia Monfort fut l’interprète de poèmes de Juliette Darle à la télévision et au Centre culturel de Rueil-Malmaison par exemple. Le 10 avril 2016 au «Monfort-théâtre», une aurre actrice de talent, Paulette Frantz, dira « La cavale insurgée », un grand poème de Juliette Darle. Un poème dédié à Jérôme Garcin, romancier et cavalier de légende. A partir de la fin tragique d’un père, le cheval fait en effet irrupfion dans l’oeuvre de Jérôme Garcin. Par ailleurs, dans l’effervescence littéraire de l’époque, Juliette et André Darle publiaient les premiers écrits d’un jeune homme qui devait bientôt se mesurer sur France Inter aux méandres et aux polémiques de la création artistique. (Le masque et la plume).
 

une «cavale» dédiée à Jérôme Garcin

Le 10 avril au « Monfort-théâtre », avec en exergue les dessins de Pablo Picasso, Ladislas Kijno et Fidélie Cardi, Frédéric Brun et Monique Bertolissio présentent les différentes saisons de Juliette Darle, poète d’une certaine envergure. Avec les créations originales de l’actrice Paulette Frantz et d’ Alain Buci chante Juliette Darle, un chanteur révélé par Jacques Chancel dans le « grand Echiquier ».

Avec Quentin Duchaussoy (slam), avec le réalisateur Jean-Marc Lebeaupin (sur écran, Juliette Darle dit son «Manifeste pour un "vibrato majeur"»).

Jean-Marc Lebeaupin

Lire le témoignage d’ouverture de Monique Bertolissio